Voyages du Pape

Full Version   Print   Search   Utenti   Join     Share : FaceboolTwitter
Pages: [1], 2, 3, 4
sylvie.france
00Thursday, January 26, 2006 9:11 PM
Bientôt Valence

Le français est approximatif, mais je ne l'ai pas rectifié volontairement

________________________________________________________________

www.wmf2006.org/nl/nl-fr-07.html



Le pape Bénédict XVI présidera les actes centraux de la V Rencontre s rectifié volontairementMondiale des Familles à Valence le prochain mois de juillet depuis un scénario de 2.500 mètres carrés de surface, pour accueillir à trois mille personnes à la Eucharistie conclusive, avec laquelle on soulèvera une croix lumineuse de 35 mètres de hauteur.

Le pape Bénédict XVI présidera les actes centraux de la V Rencontre Mondiale des Familles à Valence le prochain mois de juillet depuis un scénario de 2.500 mètres carrés de surface, pour accueillir à trois mille personnes à la Eucharistie conclusive, avec laquelle on soulèvera une croix lumineuse de 35 mètres de hauteur.


L’ensemble sera invité sur le pont de Monteolivete, entre la Place l’Europe et l’Avenue du Saler, dans les alentours duquel on préparera un espace suffisant pour pouvoir accueillir à plus d’un million de pèlerins.

L’architecte de Valence Juan Pablo Mas, de 46 ans, auteur du projet, avec un équipement de techniciens et experts en conception et Beaux Arts, ont présenté ce matin en conférence de presse la maquette de l’autel et du scénario principal, depuis lequel le Pape présidera les actes finaux de la RMF le 8 et 9 juillet.

Le scénario a été formée comme une série de plans échelonnés reliés par des pentes lisses ascendantes qui termineront dans une surface plate de 500 mètres carrés, élevée 2.6 mètres sur le pont de Monteolivete, dans laquelle on soulèvera l’autel, protégé par une couverture à 9 mètres de hauteur sur lui.

À peu de mètres de l’autel on habilitera un espace réservé pour la famille réelle espagnole et sur les plans suivants échelonnés d’autres pour les cardinaux, évêques et prêtres de tout le monde qui célébreront avec le Pape la Eucharistie conclusive du dimanche 9 juillet et dans la Rencontre fétive et testimoniale qui aura lieu dans la veille, samedi 8. Également, inclura la scène une tribune pour familles et choeurs.

Dans la conception du scçenario, qui sera levé sur les éléments modulaires métalliques, on produira des rideaux d’air frais qui résistent à la chaleur de l’illumination et à celui d’une température importante éventuelle, de manière semblable à des rencontres internationales précédentes qu’a présidées le pontife précédent Jean Paul II, selon Juan Pablo Mas.

UNE CROIX LUMINEUSE DE 35 MÈTRES GUIDERA AUX PÈLERINS

Également, "comme élément singulier sera installé une tour point de repère, de plante carrée, qui servira de repère visuel aux pèlerins", a ajouté l’architecte. Il s’agit d’un "prisme propre" de 35 mètres de hauteur, avec une incision sous forme de croix dans la partie supérieure de chacun de ses côtés "qui s’avérera visible pendant le jour et le soir il se transformera une croix lumineuse qui guide et oriente aux pèlerins", a ajouté.

En outre, "le système constructif du scénario sera facile de monter et de démonter pour raccourcir des temps d’exécution", a spécifié l’architecte qui admet qu’il s’agit "d’un des plus grands défis dans mon exercice professionnel".

De même, "l’espace choisi constitue un cadre superbe pour tenir la RMF puisqu’il offre bonne visibilité, accès facile au public, sécurité par la confluence de grandes avenues et d’accès, ainsi que la proximité des participants".

STYLE SOBRE ET SIMPLE

Pour le style de l’ensemble, "nous avons choisi une architecture caractérisée par sa sobriété et simplicité en tenant compte bien du protagonisme qu’ont déjà les bâtiments tellement proches de la Ville des Arts et les Sciences comme le Musée Principe Felipe, L’Hemisféric, et le Palais des Arts, pour permettre aux pèlerins de centrer l’attention à la figure du Pape et sur le message des actes", selon Juan Pablo Mas.

Le projet, qu’a commencé à être conçu le dernier mois de juin par ordre de la fondation organisatrice de la V RMF, intégrée par la Generalitat, la Mairie, la Députation et l’Archevêché, dispose de plusieurs phases d’exécution. La première étape d’exécution se centrera sur l’adéquation du lieu et d’infrastructures générales, ainsi que de préparation dans les zones jardinées qu’occupera le public. De même, on habilitera les voies d’urgence et accès avec leurs clôtures et on construira les points d’information, répartition de repas et approvisionnement d’eau ainsi que d’attention sanitaire, de carlingues d’hygiènes, situation des écrans géants et tours de sonorisation. Dans une seconde phase, on construira l’autel et le scénario.

L’architecte Juan Pablo Mas, chargé du projet, dirige l’étude Architecture et Conception Plus Millet, intégré par des architectes, interioristes, diplômés dans de Beaux Arts et dessinateurs graphiques, avec expérience dans le cadre de la construction, architecture intérieure et conception d’espaces urbains. Il a aussi conçu le nouveau temple de la paroisse de l’Esprit Saint de l’avenue Blasco Ibáñez, actuellement en construction. (AVAN) 18/01/06 (12.20)

sylvie.france
00Friday, January 27, 2006 2:54 AM
POLOGNE
eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=2701062_pologne

La rencontre privée entre Benoît XVI et Lech Kaczynski, a duré 25 minutes et le président polonais en a profité pour réitérer son invitation à se rendre en Pologne, ce à quoi le pape n'a pas répondu et s'est limité à affirmer avec un mouvement de la tête.

Lech Kaczynski, qui a choisi le Vatican pour réaliser son premier voyage officiel à l'étranger depuis son élection à la présidence de la Pologne, était accompagné de son épouse, Maria et de Mgr Roman Indrzejczyk.

Le président Kaczynski a offert un livre de poésie de Saint Jean de la Croix en espagnol, tandis que Sa Sainteté Benoit XVI a délivré à la délégation polonaise, les monnaies traditionnelles de son pontificat et des rosaires aux femmes.

Ensuite, la délégation polonaise a été reçue par le Secrétaire d'Etat, Angelo Sodano, et par cardinal polonais Andrej Deskur, vieil ami de Jean-Paul II, pour ensuite se recueillir, dans les grottes du Vatican, sur la tombe du Sa Sainteté Jean-Paul II.


Le voyage du Pape Benoît XVI en Pologne, bien qu'il n'ait pas été encore annoncé officiellement, selon les déclarations faites par des membres de l'Église polonaise, serait effectué entre le 25 à au 28 mai.

Lors de ce voyage, on croit que le Pape, visitera expressément l'ancien camp de concentration nazi d'Auschwitz-Birkenau, comme a affirmé le porte-parole de l'archevêque de Cracovie, Mgr Stanislaw Dziwisz ainsi que le sanctuaire marial de Jasna Gora, à Czestochowa, appartenant au Couvent des Poliniens. La chapelle Notre-Dame abrite le célèbre tableau de la Vierge noire, objet de fervente vénération, sanctuaire qu'appréciait tant Jean-Paul II

Le représentant de la préparation des voyages de Benoît XVI, Alberto Gasbarri, a visité il y a quelques semaines les lieux qui feront partie probablement de l'itinéraire de la visite du pape Benoît XVI, parmi lesquels nous pouvons citer, outre la capitale polonaise et Auschwitz, aussi Wadowice, le village natal de Jean-Paul II, Cracovie et le sanctuaire marial de Czestochowa.


ZENIT

Eucharistie, Sacrement de la Miséricorde.27.01.06 - INTERNATIONAL

sylvie.france
00Tuesday, January 31, 2006 11:32 PM
Le président de Thuringe invite Benoît XVI

Superbe article, instructif :
eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=3101069_thuringe

------------------------

ROME, Lundi 30 janvier 2006 – Le Ministre-Président de l’Etat libre de Thuringe (Allemagne), Dieter Althaus, ainsi que sa femme, et leur suite, ont été reçus en audience ce matin, 30 janvier, par le pape Benoît XVI.

Lors de cet entretien de 25 minutes, M. Dieter Althaus en a profité pour inviter le Saint-Père à se rendre dans ce Land de Thuringe.

S'adressant au Saint-Père Benoît XVI, Dieter Althaus lui a dit:
" Une visite du pape serait fort appréciée dans ce Land qui est une grande enclave catholique dans l'ancienne R.D.A., où l'homme est encore fidèle à sa Foi, à l'Eglise et au pape "

"Précédemment le Cardinal Ratzinger s'était déjà fort occupé personnellement de cette région très catholique de l'ancienne R.D.A."

"Une documentation récente avec les réflexions logistiques va être présentée, dans l'hypothèse d'une prochaine visite du pape Benoît XVI."

Cette invitation a été accueillie très favorablement.

Pour rappel, Dieter Althaus s'était rendu avec les plus hautes autorités de l'Etat allemand, les chefs des principaux partis et des Eglises pour assister aux obsèques de Jean Paul II à Rome.

Un peu d' histoire:

La Thuringe fut autrefois un des centres culturels en Allemagne et les villes de Thuringe sont souvent liées à des noms célèbres :
Weimar, capitale du classicisme allemand , et Erfurt attirèrent des hommes comme Wieland, Bach, Luther , ou encore Goethe et Schiller dont on peut visiter les maisons à Weimar.

Cette ville a été élue capitale culturelle de l’Europe pour l’année 1999.
Erfurt, la capitale du land, passe pour une des plus belles villes d’Allemagne avec sa vieille ville du moyen-âge et le pont des boutiquiers dit " Krämerbrücke ".

La Thuringe, 2,373 millions d'habitants, s’étend sur le " Thüringerwald " (forêt de Thuringe) et le bassin de Thuringe. Le Rennsteig, long de 168 km, est le sentier de randonnée le plus ancien d’Allemagne. Une route de 300 km, nommée
" Route des Classiques de Thuringe " a été inaugurée en 1992 : elle permet d’accéder aux nombreuses curiosités de la région (châteaux, musées…).

Winfrid (devenu Saint Boniface, Archevêque de Mayence , Martye 680-754) en 718, va s’agenouiller aux pieds du Pape Grégoire II et reçoit de lui tous les pouvoirs apostoliques.
Après avoir traversé, en exerçant sa charité pour les âmes, la Lombardie, la Bavière et la Thuringe , il va se joindre à saint Willibrord, apôtre des Frisons ; mais il s’enfuit dès que celui-ci veut lui conférer l’épiscopat.
Winfrid évangélise alors la Thuringe , dont les sauvages forêts se couvrent bientôt de monastères et se peuplent de saints .


Eucharistie, Sacrement de la Miséricorde. 31.01.2006 - INTERNATIONAL

[Modificato da sylvie.france 01/02/2006 1.10]

sylvie.france
00Saturday, March 11, 2006 1:31 AM
pologne
eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=1003063_pologne

Toujours de ce très beau site, passionnant :


sylvie.france
00Sunday, April 9, 2006 5:53 PM
sylvie.france
00Monday, April 10, 2006 6:59 PM
beatrice.France
00Sunday, April 16, 2006 10:23 PM
Bonne nouvelle pour cet été
[SM=g27811] Papa Ratzi ancora a les combes...

Papa: Valle D'Aosta, Assisi E Verona I Viaggi In Italia

(AGI)- A Papa Ratzinger le vacanze in Valle d'Aosta sono piaciute, come ha confidato ai suoi collaboratori piu' stretti e per questo ci tornera' anche quest'anno. La notizia non e' ancora ufficiale, ma secondo il quotidiano piu' diffuso nella regione, La Stampa, "a luglio Benedetto XVI tornera' a Les Combes di Introd per le sue vacanze estive in montagna".
Anche se le date del soggiorno non sono state ancora ufficializzate, l'arrivo dovrebbe essere il 12 luglio, al ritorno da Valencia (dove il Pontefice e' atteso sabato 8 e domenica 9 luglio per la conclusione del V Incontro Mondiale delle Famiglie).
Dopo l'Udienza generale del mercoledi' il Papa lascerebbe il Vaticano, per arrivare nel pomeriggio ad Aosta in aereo e proseguire poi in elicottero, diretto alla villetta adiacente alla casa dei salesiani intitolata a Giovanni Paolo II nel piccolo villaggio della Valle d'Aosta. E' probabile che il ritorno a Roma avvenga intorno al 23 luglio.
Benedetto XVI sarebbe poi intenzionato ad accettare l'invito del vescovo di Assisi, mons. Domenico Sorrentino a ripercorrere in autunno alcune tappe significative della spiritualita' francescana, nell'anno in cui ricorre l'VIII centenario del dialogo tra Francesco e il Crocifisso di San Damiano e il ventennale della Giornata mondiale di preghiera per la pace, voluta da Giovanni Paolo II il 27 ottobre del 1986.
Del viaggio non c'e' ancora conferma ufficiale ma, come riferito dal sito cattolico 'Korazym.org' due settimane fa si e' svolto un incontro tra il vescovo e le diverse comunita' di frati per elaborare un possibile itinerario che comprenderebbe oltre alle basiliche di San Francesco e di Santa Maria degli Angeli, anche la chiesa di San Damiano.
Terza meta italiana di Benedetto XVI sara' Verona dove la Chiesa Italiana celebrera' il suo Convegno Ecclesiale dal 16 al 20 ottobre prossimo. -

[Modificato da beatrice.France 16/04/2006 22.46]

beatrice.France
00Friday, May 12, 2006 9:11 AM


Que je me réjouis pour lui, pour son frère... et pour les habitants du village!!!


[Modificato da beatrice.France 12/05/2006 9.14]

sylvie.france
00Tuesday, May 23, 2006 3:20 PM
beatrice.France
00Thursday, May 25, 2006 3:29 PM
L'accueil triomphal de la Pologne à Benoît
Du quotidien italien L'AVVENIRE


AP Photo/Diether Endlicher
Avec le Président de la Pologne Lech Kaczynski


REUTERS/Pawel Kopczynski
L'hommage du Premier Ministre Kazimierz Marcinkiewicz


Huit polonais sur dix suivront la rencontre avec le clergé aujourd'hui à la cathédrale

La croix de 25 mètres de haut diffuse une lumière argentée qui innonde la place centrale Pilsudski où Benoît XVI aura son premier grand bain de foule avec les polonais. L'autel est dressé au même endroit qu'en 1979, lorsque Jean-Paul II invita ses compatriotes à "ne pas avoir peur"...


REUTER/Vincenzo Pinto

Il y a une grande attente, pour l'arrivée du pape Ratzinger, et la comparaison avec les voyages triomphaux de son prédecesseur viendra spontanément à l'esprit.
On attend des millions de pélerins, venus de toute la Pologne. Un sondage récent a montré que huit polonais sur dix suivront le voyage du Pontife, tandis qu'un sur dix a l'intention de prendre part personnellement aux célébrations liturgiques présidées par le Pape.
"Nous avons désiré cette visite depuis le premier jour du pontificat de Ratzinger", nous dit Maciej Lopinski, secrétaire de la présidence de la république. Son affection et son lien spirituel avec Wojtyla ont conquis immédiatement le coeur des polonais.
En prévision de l'important évènement, les autorités ont pris des mesures rigides: outre l'interdiction de vendre de l'alcool, ils ont fait enlever les panneaux publicitaires à contenu érotique, le long des rues que traversera le Pape, tandis que la télévision d'Etat a supprimé les spots et programmes jujés trop frivoles ou vulgaires. La décision a déclenché la énième polémique contre le gouvernement ultra-conservateur, mais le maire de Varsovie a abrégé la discussion: "Quand un invité arrive chez nous, surtout s'il est illustre, nous faisons en sorte d'ôter tout ce qui pourrait le mettre mal à l'aise".

Demain, dans toute la Pologne, les écoles et les entreprises publics seront fermées, et aussi beaucoup d'entreprises privées, pour permettre à qui le désirera de participer aux cérémonies avec le Pape, le matin à Varsovie, et l'après midi au sanctuaire de la Vierge Noire. Benoît XVI s'adressera aux polonais d'abord dans leur langue, puis brièvement en italien, tandis que le reste du discours sera lu en polonais par un de ses délégués.

[Sur les prêtres polonais, la polémique autour de la figure controversée du Père Rydzyk rappelé à l'ordre par le Vatican pour ses outrances verbales contre ses adversaires politiques, mais aussi les scandales du passé, la collaboration de certains prêtres avec les services secrets communistes] ... on attend beaucoup de ce que dira Benoît XVI. C'est son premier voyage international, un évènement médiatique pour lequel sont accrédités 4000 journalistes, le double de ceux qui étaient présents pour le dernier voyage de Karol Wojtyla.
"La majorité des demandes d'accréditation de la part des journalistes concerne la visite à Auschwitz, c'est clair, étant donné qu'il s'agit d'un pape allemand", explique Marcin Przeciszewski, directeur de la KAI (agence catholique d'information)
______________________________

25 mai, dépêche de l'AFP, lue dans LA CROIX:
(Ces propos sont à méditer par tout ceux qui chez nous sont des adepts frénétiques de la repentance!!!)

Le pape Benoît XVI a demandé à la Pologne de surmonter ses divisions nées de son passé communiste, en s'adressant au clergé polonais rassemblé dans la cathédrale Saint-Jean de Varsovie, au premier jour de son voyage dans le pays natal de Jean Paul II.

Le souverain pontife est ainsi directement intervenu dans un débat très vif en Pologne sur la manière de traiter les anciens agents de la police secrète communiste SB, dont certains appartenaient à l'Eglise.
...
Le chef de l'Eglise catholique a appelé les jeunes générations à se garder de tout "jugement arrogant contre les générations précédentes qui ont vécu en d'autres temps et dans d'autres circonstances".
Il a prôné aux uns "une humble sincérité pour ne pas nier les péchés du passé", et a demandé aux autres de ne pas se livrer à "de faciles accusations en absence de preuves réelles ou en ignorant les faits supposés d'alors".




[Modificato da beatrice.France 25/05/2006 16.20]

beatrice.France
00Friday, May 26, 2006 9:31 AM
Visite de courtoisie au président polonais
Jeudi 25 mai.

Video de la visite au Président de la République Polonaise, que nous avons pu récupérer (et un peu modifier) grâce à Maklara:

Lorsque l'enfant paraît

Le commentaire en polonnais est remplacé par la musique de Chopin.

Maklara a posté depuis une version améliorée de la video initiale (post n°141):
http://freeforumzone.leonardo.it/viewmessaggi.aspx?f=65482&idd=443&p=51

[Modificato da beatrice.France 26/05/2006 16.12]

beatrice.France
00Friday, May 26, 2006 1:12 PM
Messe à la Place Pilsudski: qui doit-on croire?
La guerre des chiffres semble avoir commencé...







Selon l'agence ASCA, il y avait plus de 800 000 personnes, qui assistaient aujourd'hui à cette messe, malgré la pluie:
http://it.news.yahoo.com/26052006/26/papa-in-800-mila-messa-in-piazza-pilsudski-varsavia.html
La dépêche fait état d'"un moment de prière, mais aussi de fête...Beaucoup de jeunes et d'enfants, et aussi de banderoles... L'affection des polonais pour le Pape s'est de nouveau manifestée à la fin de la messe, quand Benoît XVI est retourné à la sacristie improvisée. Une foule de gens a débordé les cordons de sécurité, pour pouvoir toucher le Pape qui a répondu à son tour en faisant de grands gestes des bras et en serrant des mains, sous l'oeil vigilant et un peu nerveux, des services de sécurité..."

L'agence Reuters ( http://it.news.yahoo.com/26052006/58-59/tanta-pioggia-minor-affluenza-per-messa-papa-varsavia.html fait quant à elle état d'une première estimation à 300 000 personnes, alors qu'un million étaient attendus.
La dépêche est d'ailleurs plutôt malveillante, car elle ajoute: "Les quotidiens fournissent plusieurs points de vue sur la première visite de Benoît XVI en Pologne, signalant qu'hier, il a rassemblé moins de gens que Jean-Paul II, blâmant le Pape qui ne s'étaient pas arrêtés pour visiter certains mémoriaux, comme celui qui rappelle les victimes de l'insurrection du ghetto juif.
...
Les porte-paroles écclésiastiques ont tout de suite critiqué les media pour leurs indications sur une participation moindre des fidèles, indiquant ainsi que la comparaison avec les visites triomphales de Jean-Paul II est un argument sensible pour l'Eglise"


Rien de bien surprenant, dans tout cela: comparaisons déplacées avec Jean-Paul II, hostilité à peine contenue....Mais les media, ce n'est nullement la Vox Populi, et on peut s'étonner qu'une agence de presse cite la couverture médiatique (à laquelle elle contribue évidemment !!!) comme "nouvelle", c'est-à-dire comme fait brut. Il y a là déjà un brouillage -médiatique, justement- à la source.

[Modificato da beatrice.France 26/05/2006 13.15]

pulcherbenedictus
00Friday, May 26, 2006 4:31 PM
800000 ? ou 1 seul,??
qu'importent les chiffres, qu'importent les menteurs, qu'importent les écrivaillons du Da Vinci Code,
j'y étais moi, devant ma tv, et je me moque qu'il y ait eu 200000 ou 800000 personnes;et benoit XVI est un grand pape; ceux qui ne le voient pas sont aveugles,ou ne veulent pas voir ceux qui ne l'entendent pas sont sourds ou refusent d'entendre.
DAnielle V.Luciani

[Modificato da pulcherbenedictus 26/05/2006 16.35]

pulcherbenedictus
00Friday, May 26, 2006 4:34 PM
Comme une Rockstar
au moment ou la foule s'est pressée contre le pape, ce fut un grand moment de direct, et les gardes du corps pourront prendre des vacances apres ça; parce que l'on aurait pu croire qu'il allait se faire arracher ses habits, comme une rockstar!!! quelle ferveur!!!! voyez cela et ne lisez pas les médias menteurs et manipulés.Danielle V.Luciani
www.pulcherbenedictusxvi.com

[Modificato da pulcherbenedictus 26/05/2006 16.36]

pulcherbenedictus
00Friday, May 26, 2006 4:37 PM
mieux, plus grand, plus ...tout!
et vous voulez que je vous dise, moi je le préfère à Jean Paul 2.
beatrice.France
00Friday, May 26, 2006 5:09 PM
Messe du 26 mai 2006
C'est vrai qu'il y avait une grande ferveur, ce qui n'étonne pas venant des polonais... De toutes façons, ici, nous croyons rarement ce que disent les media.






Ce sont les plus belles photos récoltées pour le moment sur Yahoo.

Voir aussi http://beatrice.france.ifrance.com/flash/messe_26Mai/SlideShow.swf


[Modificato da beatrice.France 26/05/2006 17.18]

beatrice.France
00Friday, May 26, 2006 7:54 PM
A propos des media...
Dernière dépêche d'agence:

AGI - 46 minuti fa

(AGI) - Varsavia, 26 mag . - La pioggia non ha scoraggiato i fedeli di Varsavia. Circa un milione di persone hanno gremito l'immensa piazza Maresciallo Pilsudski, per assitere alla messa e all'omelia di Benedetto XVI.


Donc, à 19 heures, l'agence AGI dénombrait un million de personnes à la messe de ce matin, malgré la pluie!!!!!

Pour compléter, voici une dépêche réconfortante de l'Agence France Presse (AFP), transmise par le forum catholique:

VARSOVIE, 26 mai 2006 (AFP)

Benoît XVI fustige à Varsovie les falsifications de la religion chrétienne


Devant près de 300.000 fidèles trempés (????), le pape Benoît XVI a fustigé vendredi à Varsovie les falsifications de la religion chrétienne, en pleine polémique provoquée par la sortie mondiale du film "Da Vinci Code" bâtie sur la légende d'une descendance du Christ.

"Aujourd'hui, comme dans les siècles passés, des gens ou des groupes voudraient falsifier la parole du Christ et retirer ses vérités à l'Evangile", a déploré Benoît XVI.

En chasuble pourpre, le pape allemand a célébré durant près de deux heures la première grande-messe de son voyage de quatre jours en forme d'hommage à son prédécesseur polonais Jean Paul II.

Selon la police, 270.000 (?????) personnes se sont rassemblées sur la place Pilsudski, où le pape polonais avait rassemblé une foule bien plus importante en 1979 pour son premier retour dans son pays natal.

Mais Benoît XVI, en faisant l'effort de s'exprimer à plusieurs reprises en polonais dans un langage accessible à tous, a su toucher le coeur des Varsoviens.

Il a ouvert son homélie par un hommage à son "bien aimé prédécesseur", qui, à cet endroit même, en 1979, avait défié le régime communiste en disant à ses compatriotes : "N'ayez pas peur".

"Comment ne pas remercier Dieu pour tout ce qui a été accompli dans votre pays natal et dans le monde entier durant le pontificat de Jean Paul II ?", a-t-il dit. "Devant nos yeux, (...) les gens dans de nombreux pays ont regagné la liberté et le sens de la dignité".
Et comme Jean Paul II, qui a toujours placé la barre très haut quand il s'adressait à sa très catholique patrie, il a demandé aux Polonais de "rester fidèles à la parole du Christ, même quand elle est exigeante et humainement difficile à comprendre".

Sur la place Pilsudski aujourd'hui cernée par des tours de verre et de béton de grandes entreprises, symboles du triomphe du libéralisme économique dans cet ancien pays communiste, Benoît XVI a insisté sur la permanence de la foi chrétienne, transmise tout au long de l'histoire "de génération en génération".Il a réitéré son appel maintes fois répété depuis le début de son pontificat de "ne pas céder à la tentation du relativisme et de l'interprétation subjective et sélective des écritures sacrées".
"Selon ces gens, cette vérité est trop incommode pour l'homme moderne", a jugé Benoît XVI.
"On cherche à créer l'impression que tout est relatif, et que même les vérités de foi dépendraient de la situation historique et de l'évaluation humaine".
La messe a été concélébrée par quelque 120 prêtres et évêques et retransmise en direct par plusieurs chaînes de télévision.

De nombreux fidèles étaient arrivés dès les premières heures de la nuit pour obtenir les meilleures places devant l'autel surmonté d'une grande croix de 25 mètres de haut. Bardés de parapluies et d'imperméables, hommes, femmes et enfants sont restés stoïques sous une pluie méchante qui a duré pendant presque tout l'office.

Les Varsoviens n'ont pas oublié "leur" pape mort il y a un peu plus d'un an mais, très légitimistes, ils ont accueilli avec chaleur le nouveau chef de l'Eglise catholique sans faire la moindre allusion à sa nationalité.

"Je les porte tous les deux dans mon coeur, notre pape et le nouveau qui est aussi notre pape maintenant", a expliqué à l'AFP Krystyna Brzybyla, qui a confectionné un panneau en forme de coeur avec des photos des deux papes.

"J'espère qu'on va lui donner notre force, que ce sera un enrichissement mutuel, nulle part ailleurs il ne peut compter sur un catholicisme aussi fort qu'en Pologne", a déclaré Wanda Wroblowska, une kinésithérapeute.

Dans l'après-midi, Benoît XVI a quitté Varsovie pour se rendre en hélicoptère dans le sud du pays, à Czestochowa, au monastère de Jasna Gora, l'un des plus grands sanctuaires du culte de Marie en Europe, avec son icône de la Vierge noire. Des dizaines de milliers de pélerins l'y attendaient pour une prière commune.




[Modificato da beatrice.France 26/05/2006 20.49]

vallifra
00Friday, May 26, 2006 11:06 PM
Re: Messe du 26 mai 2006


come al solito, mitico il tuo lavoro Beatrice! grazie dal profondo del cuore [SM=g27836] [SM=g27836] [SM=g27836] [SM=g27836] [SM=g27836]
sylvie.france
00Saturday, May 27, 2006 12:07 AM
rappel :
Pologne non stop ....

www.itvp.pl/pielgrzymka2006/

cliquer sur TRWA TRANSMISJA
beatrice.France
00Saturday, May 27, 2006 9:58 AM
26 mai 2006: arrivée à Cracovie
Un rayon de lumière dans "la nuit polonaise"







A voir en plus grand format sur ce site:
http://beatrice.france.ifrance.com/flash/cracovie/SlideShow.swf

Sur le thème, voir aussi le montage-photos de Sylvie (n°561):
http://freeforumzone.leonardo.it/viewmessaggi.aspx?f=65482&idd=426&p=11


[Modificato da beatrice.France 27/05/2006 22.41]

beatrice.France
00Saturday, May 27, 2006 1:42 PM
Revue de presse francophone...
... au troisième jour du voyage en Pologne



Sur le site Swissinfo

Triomphe de Benoît XVI à la "fenêtre de Jean Paul II" à Cracovie
26 mai 2006 - 23:21
CRACOVIE - Le pape Benoît XVI est apparu vendredi soir à la fenêtre de l'archevêché de Cracovie d'où Jean Paul II avait coutume de dialoguer avec les jeunes à chacune de ses visites. Une foule enthousiaste l'a triomphalement acclamé.

La "fenêtre papale" ou "fenêtre de Jean Paul II", comme l'appellent les Polonais, était restée fermée depuis le soir de la mort de Karol Wojtyla le 2 avril 2005. "Aujourd'hui, malgré la mort, il est avec nous", a assuré Benoît XVI, dans une brève intervention qui a déclenché d'innombrables vivats.

"Bienvenue à la maison", "Nous t'aimons, nous te remercions", "Benedetto, benvenuto", ont scandé les milliers de fidèles polonais rassemblés devant la fenêtre.

Auparavant, Benoît XVI avait eu droit à un accueil plein de chaleur dans les rues de la ville noire de monde où il est arrivé dans la soirée en provenance de Varsovie, via le sanctuaire marial de Czestochowa.

Cette émouvante apparition de Benoît XVI n'était pas inscrite dans le programme officiel de sa visite à Cracovie, où Karol Wojtyla a passé quarante ans avant d'être élu pape en 1978.

"Je sais que les deux de chaque mois, à l'heure de la mort de mon bien aimé prédécesseur, vous vous rassemblez ici pour le commémorer et prier pour son élévation aux honneurs des autels", a déclaré Benoît XVI, faisant allusion au procès en béatification du pape polonais ouvert l'an dernier.

Au soir du 2 avril 2005, une foule immense rassemblée au bas de cette fenêtre a prié pour le pape mourant et appris son décès peu après. Depuis, les abords de l'archevêché de Cracovie sont devenus un lieu de pélerinage: les fidèles viennent s'y recueillir et allumer une bougie devant un portrait de Jean Paul II exposé en permanence sous la fenêtre.

URL de cet article: http://194.6.181.127/fre/swissinfo.html?siteSect=105&sid=6754891


Sur le site de La libre Belgique

La reconquête de l'Europe commence à Varsovie
CHRISTIAN LAPORTE
Mis en ligne le 27/05/2006

A Varsovie, le Pape a indiqué sa volonté de contrer le relativisme en Europe.
Dans une de ses présentations de la visite du Pape en Pologne, l'excellent vaticaniste John Allen Jr, du «National Catholic Reporter» parlait du coup d'envoi d'une sorte de «tour d'Europe de (re)conquête de la foi» qui, après le pays de Karol Wojtyla, passerait aussi par l'Espagne au mois de juillet prochain.
L'image n'est point déplacée à en juger par ce qu'a dit Benoît XVI vendredi matin aux 300 000 fidèles venus l'écouter sur la place Pilsudski à Varsovie. Et montre bien l'intention du Pape de ne pas abandonner son propre continent où la crise de la foi et des vocations reste plus que préoccupante. D'autant plus qu'elle a aussi atteint de plein fouet des nations traditionnellement très catholiques où le fossé se creuse avec des gouvernements de plus en plus indépendants de l'Eglise et qui font adopter des législations morales et éthiques qui déplaisent à celle-ci.

Incise: la mémoire f... très vite le camp: dans plusieurs dépêches d'agence mais aussi sur les ondes de Radio Vatican, l'on rappelait, vendredi, que Jean-Paul II y avait lancé lors de sa première visite en 1979, un «N'ayez pas peur» qui fut le début de la fin de la soumission polonaise au communisme.

«Faux» précise l'abbé Armand Pirard, informateur religieux de la RTBF qui était présent sur place, «en fait, le Pape avait déclenché une vague interminable d'applaudissements et de chants de louanges - quelque 8 min 39 secondes... - en disant simplement qu'on ne peut exclure le christianisme d'aucune partie de la terre»...

Rien de tel, vendredi mais Benoît XVI a quand même tenu à rendre grâce à tous les bouleversements politiques et sociaux positifs qui s'étaient produits sous le pontificat précédent. Mais cela n'a pas empêché la Pologne de s'enfoncer dans une sécularisation presque sans limites. C'est pourquoi le Pape a invité les chrétiens polonais à retourner aux sources et à cultiver «ce riche héritage de foi qui a été transmis par les générations précédentes» : «Restez fidèles à votre foi, transmettez-la à vos enfants, soyez les témoins de la grâce que vous avez vécue de manière si forte à travers le Saint-Esprit au cours de votre histoire», a ajouté le Pape qui a indirectement attaqué le «Da Vinci Code» en disant qu'«il ne fallait pas céder à la tentation du relativisme et de l'interprétation subjective et sélective des Ecritures sacrées».

Mais la portée du propos était plus générale. C'est ce qui a amené Benoît XVI à s'élever contre «ceux qui tentent de donner l'impression que tout est relatif: même les vérités de la foi dépendraient de la situation historique et de l'évaluation humaine».

© La Libre Belgique 2006
http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=91&art_id=288336


Sur le site de RTL belge

'Benoît XVI a conquis les Polonais'
le 27-5-2006 10:26

Benoît XVI poursuit son pèlerinage en Pologne, son voyage sentimental sur les traces de Jean Paul II.
Benoît XVI a "brisé la glace" et "conquis nos cœurs", titre la presse polonaise, après les deux premiers jours de visite du pape allemand.
Il sera aujourd'hui à Wadowice, ville natale de son prédécesseur. Le souverain pontife doit y rencontrer ses habitants visitera la maison natale où Karol Wojtyla est né 18 mai 1920 et où il a vécu jusqu'à l'âge de 18 ans avant de déménager à Cracovie.
Le pape se rendra ensuite au sanctuaire de Kalwaria Zebrzydowska, à une quarantaine de kilomètres au sud de Cracovie, où le petit Karol Wojtyla avait l'habitude de venir avec son père. Au début de l'après-midi, il se rendra au sanctuaire préféré du pape polonais, celui de Lagiewniki en banlieue de Cracovie.

Le sanctuaire a été largement promu par Jean Paul II qui a canonisé en 1997 l'une des ses religieuses, Faustina Kowalska (1905-1938), fondatrice du culte de la Miséricorde divine. Dans la soirée, Benoît XVI va encore renouer avec une tradition instaurée par son prédécesseur. Il tiendra à partir de 18h45 une rencontre avec la jeunesse, sur la vaste esplanade de Blonia à Cracovie qui fut le lieu privilégié de rencontres de Jean Paul II avec des foules de fidèles. C'est sur cette même esplanade que Benoît XVI célèbrera demain sa deuxième et dernière grand-messe en Pologne.

http://www.rtl.be/page/rtlinfo/articles/international/209.aspx?articleid=60166


Sur le site d'informations '20 minutes'

Benoît XVI prie pour la béatification de Jean Paul II dans sa ville natale
Lors d'une visite sentimentale dans la ville natale de Jean Paul II, le pape Benoît XVI a comblé samedi des milliers de fidèles polonais en priant pour la béatification de son prédécesseur, que beaucoup considèrent déjà comme un saint.L'événement
Environ 25.000 croyants se sont pressés dans le coeur de la petite ville de Wadowice, près de la maison où Jean Paul II est né le 18 mai 1920, une bâtisse d'un étage, dont les fenêtres donnent sur la basilique Notre-Dame.
"Qui veut comprendre un poète doit visiter la terre de sa naissance", a dit le pape à la foule, en reprenant une citation du grand poète allemand Goethe.
"J'ai voulu m'arrêter ici, dans les lieux où sa foi est née et a mûri, pour prier avec vous afin qu'il soit rapidement élevé à la gloire des autels", leur a-t-il dit.

Le procès en béatification de Jean Paul II s'est ouvert à peine quelques semaines après sa mort à l'initiative de son successeur, sans attendre les cinq ans habituellement requis par le droit canon.
C'est la deuxième fois en deux jours que Benoît XVI prie pour la béatification du pape polonais, première étape avant d'accéder au statut de saint de l'Eglise.
Mais rien ne semble montrer qu'il est disposé à court-circuiter la procédure, qui peut durer des mois voire des années, en décidant une proclamation de béatification anticipée.
Les catholiques polonais avaient espéré il y a plusieurs mois que le pape viendrait en Pologne avec une bonne nouvelle. Mais ils semblent en avoir pris leur parti. Les fidèles se sont abstenus de crier le célèbre "Santo Subito" (Saint tout de suite) qui avait retenti lors des obsèques de Jean Paul II.
Le pape, qui était déjà venu à titre privé en 1988 à Wadowice, à une cinquantaine de kilomètres de Cracovie, a visité l'appartement de deux pièces où Karol Wojtyla a habité de sa naissance jusqu'à l'âge de 18 ans.
Le pape s'est arrêté devant des photos de la famille, devant l'acte de baptême en latin du petit Wojtyla. Il a pu aussi voir ses skis pour ses randonnées dans la montagne toute proche.

Après un début de voyage assez terne à Varsovie, où les foules n'avaient pas atteint les chiffres escomptés par les responsables de l'Eglise, le pape a pu constater dans le sud une ferveur qui rappelait les grands moments de Jean Paul II.
"C'était la journée où les Polonais se sont mis à aimer Benoît XVI", a commenté le quotidien Dziennik. "Il a conquis nos coeur", lui a fait écho, en gros caractères, le quotidien populaire Fakt.

Vendredi soir à Cracovie, il a en particulier été triomphalement acclamé par des milliers de personnes rassemblées devant l'archevêché, lorsqu'il est apparu à la fenêtre d'où Jean Paul II avait coutume de dialoguer avec les jeunes à chacune de ses visites.
"Nous t'aimons, nous te remercions", "Benedetto, benvenuto", ne cessait de scander une foule compacte, majoritairement composée de jeunes.
A la faveur de ce voyage de quatre jours qui s'achèvera dimanche dans l'ancien camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, les catholiques polonais ont commencé à adopter Benoît XVI, pourtant venu d'un pays qui a causé la mort de six millions de leurs compatriotes pendant la Seconde guerre mondiale.
Après Wadowice, Benoît XVI s'est rendu au sanctuaire de Kalwaria Zebrzydowska, à une quarantaine de kilomètres au sud de Cracovie, où le petit Karol Wojtyla avait l'habitude de venir avec son père.
Au début de l'après-midi, il devait visiter le sanctuaire préféré du pape polonais, celui de Lagiewniki en banlieue de Cracovie.
La sanctuaire a été largement promu par Jean Paul II qui a canonisé en 1997 l'une des ses religieuses, Faustina Kowalska (1905-1938), fondatrice du culte de la Miséricorde divine.
Dans la soirée, Benoît XVI devait tenir une rencontre avec la jeunesse, sur la vaste esplanade de Blonia à Cracovie qui fut le lieu privilégié de rencontres de Jean Paul II avec des foules de fidèles.

© 2006 AFP
http://www.20minutes.fr/print/2006/05/27/article_88395.html



beatrice.France
00Saturday, May 27, 2006 2:21 PM
A Wadowice
Pélerinage au village natal de Jean-Paul II






Photos Yahoo

Voir aussi ICI


[Modificato da beatrice.France 27/05/2006 14.25]

beatrice.France
00Saturday, May 27, 2006 5:03 PM
Revue de presse francophone (suite)
Sauf à se déconsidérer, LE MONDE est bien obligé de rectifier le tir par rapport à sa malveillance initiale. Car le triomphe de Benoît ne fait plus de doute, même pour eux. Ils ont donc décidé de faire profil bas (ou repentance?)
Il lui a suffit d'être lui-même pour se faire aimer des polonais. Qui le connait ne peut que l'aimer, c'est un fait.
On comparera donc avec un certain amusement ces deux reportages, écrits à deux jours d'intervalle (j'avais décidé de ne pas donner de publicité au premier, mais le parallèle avec celui d'aujourd'hui est trop réjouissant pour continuer à le "censurer"!!!)


Les Polonais, nostalgiques de "leur" pape, accueillent Benoît XVI sans ferveur
LEMONDE.FR | 25.05.06 | 17h59 • Mis à jour le 25.05.06 | 18h13

Benoît XVI est arrivé, jeudi 25 mai, en Pologne pour une visite de quatre jours, en forme d'hommage à son prédécesseur. "Je suis venu pour suivre les traces de Jean Paul II le long de l'itinéraire de sa vie", a affirmé le pape au cours de la cérémonie d'accueil sur l'aéroport de Varsovie-Okecie. "Je veux m'abreuver à la source abondante de votre foi qui coule de manière ininterrompue depuis plus d'un millénaire", a-t-il ajouté.

Mais alors que son prédécesseur rassemblait des centaines de milliers de gens, Benoît XVI n'a pas été accueilli avec ferveur.
Sur l'avenue de l'aéroport, seuls de petits groupes de gens, surtout des personnes âgées, des mères de familles avec leur enfants et des scouts, ont salué le pape à son passage dans sa papamobile.
Quant aux fenêtres des Varsoviens, elles étaient aussi beaucoup moins pavoisées qu'à l'époque des visites de Jean Paul II, quand presque tout Polonais affichait une photo ou le drapeau blanc et jaune du Vatican.
"Les drapeaux se vendent très peu. Ça n'a rien à voir avec l'époque de Jean Paul II", explique Slawek, un vendeur de petits fanions blanc et jaune à l'effigie de Benoît XVI.

Selon la police, quelque 70 000 personnes au total ont tout de même accueilli le pape sur les onze kilomètres de trajet entre l'aéroport et la cathédrale Saint-Jean de Varsovie située dans la vieille ville, où Benoît XVI s'est adressé au clergé, lui demandant de surmonter ses divisions nées du passé communiste.



En Pologne, Benoît XVI dénonce les "falsifications de l'histoire" du Christ
LE MONDE | 27.05.06 | 13h16 • Mis à jour le 27.05.06 | 13h16
CRACOVIE, CZESTOCHOWA (Pologne)
ENVOYÉS SPÉCIAUX

Cracovie a fait au pape Benoît XVI, vendredi 26 mai en fin de journée, un accueil triomphal. Sa papamobile a traversé des rues bondées et pavoisées, recréant l'atmosphère qui entourait chacune des visites de Jean Paul II, l'enfant du pays.
Avec la même ferveur, les mêmes chants : "Sto Lat (Qu'il vive cent ans)".

Accrochés en grappes sous le balcon de l'archevêché, rue des Franciscains - d'où Jean Paul II se lançait dans des tirades improvisées -, 3000 jeunes ont réclamé l'apparition de "Benedetto" avec les mêmes cris que ceux adressés au pape polonais jusqu'à sa dernière visite d'août 2002 : "Viens à la fenêtre. Viens nous parler (...). Ne te laisse pas prier (...)."

La fenêtre - qui n'avait pas été ouverte depuis la mort de Jean Paul II le 2 avril 2005 - a laissé passer Benoît XVI, ému par cette popularité nouvelle.
En polonais et en italien, il a adressé quelques mots de remerciement, évoqué la mémoire de son prédécesseur, qui "malgré la mort, est toujours avec nous", et appelé les jeunes à prier pour sa prochaine béatification. Une fois la fenêtre refermée, les cris ont repris : "Benedetto, Reste avec nous (...). On reviendra demain."

Cracovie a donc adopté le successeur de celui qu'elle continue de vénérer comme "son" pape.
"Qui aurait pu croire qu'un Allemand serait ainsi accueilli dans une ville bombardée par les nazis et si cruellement occupée ?", constate un témoin âgé. Dans ce sud de la Pologne qui a façonné le destin de Karol Wojtyla, confronté à l'occupation nazie, puis au communisme, Benoît XVI est allé se recueillir, samedi 27 mai, à Wadowice, dans la maison natale de son prédécesseur, et dans les sanctuaires qu'il aimait, de Kalwaria et de Lagiewniki.

"J'AI DEUX PAPES"

Le nom de Czestochowa entretient aussi la légende du pape polonais.
Benoît XVI s'y est rendu, vendredi, acclamé par 400 000 fidèles. Jean Paul II avait fait de ce sanctuaire national de la Vierge noire de Jasna Gora - celle qui aurait protégé la Pologne contre l'envahisseur suédois au XVIIe siècle - le symbole de la résistance spirituelle au communisme. Carolina arbore un tee-shirt jaune vif où on peut lire "JP2-B16". Un symbole : "J'ai deux papes", dit-elle en riant.

Nombre de représentants du syndicat Solidarnosc sont aussi dans la foule, venus de Gdansk, Opole, Poznan, Lodz, Lublin, etc. : "C'est à Czestochowa qu'est né Solidarnosc, rappelle l'un d'entre eux. Chaque année en septembre, de 1981 à 1989, des centaines de membres de Solidarnosc se réunissaient ici. Et c'est ici qu'en 1983, lors de sa seconde visite en Pologne, Jean Paul II a rencontré en secret des membres de Solidarnosc."

Depuis, la Pologne a bien changé. A Czestochowa, le pape a délivré un nouveau message contre les intégristes de Radio-Maryja, expliquant que "l'Evangile devait être porté dans les médias, mais avec maturité, sans infantilisme et sans agressivité".

Dans son homélie du matin, avant de quitter Varsovie sous des trombes d'eau, il s'était également lancé dans une fervente défense du message de l'Eglise contre le "relativisme ambiant", contre "les lectures subjectives et sélectives des Ecritures saintes", contre les "falsifications de l'histoire" du Christ. Certains y ont vu une attaque contre le film Da Vinci Code, pour lequel d'immenses panneaux publicitaires remplissent les rues de Varsovie et de Cracovie.

La visite au camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, dimanche soir, devait être le point culminant de ce premier voyage de Benoît XVI en Pologne. On prêtait l'intention au pape de marcher seul, pour mieux se recueillir et prier.

L'entourage de Benoît XVI insistait ces derniers jours sur le caractère uniquement spirituel de cette démarche, estimant que le pape venait à Auschwitz moins comme Allemand que comme chef de tous les catholiques, désireux d'exprimer sa douleur au peuple juif en particulier.

Devant des journalistes, il a lui-même révélé le sens qu'il donnerait à cette visite : "Auschwitz a montré à quel point l'homme pouvait perdre toute dignité en piétinant les autres. D'un tel lieu, on attend que naissent un nouvel humanisme, une nouvelle vision de l'homme à l'image de Dieu pour que ne se répètent plus jamais de tels crimes."

Célia Chauffour et Henri Tincq
Article paru dans l'édition du 28.05.06


Selon le Salon Beige, c'est ce qui s'appelle "manger son chapeau".
Evidemment, l'astuce du titre du second article -qui, compte-tenu de son contenu, aurait dû s'appeler "Le triomphe de Benoît XVI en Pologne"- est destiné à brouiller le message, mais elle ne trompera personne...



[Modificato da beatrice.France 27/05/2006 22.38]

beatrice.France
00Sunday, May 28, 2006 8:17 AM
Revue de presse francophone (suite)
Une curiosité: le Site Gazet Beskid, qui se présente comme "Le premier magazine francophone consacré à la Pologne"

http://www.beskid.com/wmview.phpb?ArtID=3005

27 Mai 2006 - 02:40
Benoît XVI en Pologne: accueil sans précédent

La Pologne, fébrile, attendait impatiemment ce successeur de Pierre, qui a pris le lourd relais de Jean Paul II, le Pape polonais.
Benoît XVI est arrivé à l’aéroport de Varsovie ce jeudi 25 mai 2006, pour un marathon de 4 jours, sur les traces de Jean Paul II.

Il a été accueilli par le Président de la Pologne Lech Kaczynski, accompagné de son épouse.

Il s’est rendu directement de l’aéroport à l’Archi cathédrale, passant devant le monument à la mémoire du ghetto de Varsovie, où il a salué la communauté juive, puis devant le monument des Morts et Assassinés à l’Est de l’Europe et celui des Héros de l’Insurrection de Varsovie. Le Pape a rencontré les représentants du clergé polonais, puis, après un court repos, il s’est rendu au Palais Présidentiel.

Ce vendredi 26 mai, le Pape a célébré une messe sur la Place Pilsudski de Varsovie devant 270.000 fidèles et en compagnie de 120 cardinaux et évêques de la Pologne et des autres pays.

Le Pape s’est adressé aux fidèles en langue polonaise puis la messe a été célébrée en latin.
Après la messe, Benoît XVI s’est dirigé vers la foule des fidèles pour saluer la foule et serrer les bras qui se tendaient vers lui.
Dans l’après-midi, le Pape s’est rendu à Czestochowa, à Jasna Gora où il a célébré la cérémonie de mai devant environ 300.000 fidèles.

Au début de la soirée il s’est rendu, en avion à Cracovie, en survolant le sanctuaire de Notre Dame de Piekary Slaskie, où l’avion papal a fait deux tours au dessus de la colline de Kalwaria.

L’accueil qu’a réservé la ville de Cracovie à Benoît XVI n’avait rien à envier à celui qui était donné à l’enfant du pays.
Une foule s’est rassemblée devant le Palais des Archevêques de Cracovie pour accueillir le Pape pour son premier voyage en Pologne. Benoît XVI, de la célèbre fenêtre du Palais, a remercié la foule pour son accueil, provoquant une liesse pleine d’enthousiasme.

Voilà que la Pologne, qui a perdu il y a un peu plus d’un an « son Pape », réserve un accueil sans précédent au successeur de Jean-Paul II, faisant ainsi taire ceux qui prétendaient que la ferveur catholique du peuple polonais était directement liée à la présence d’un Polonais sur le trône de Pierre.



Sur le site d'informations permanentes du Nouvel Observateur

http://permanent.nouvelobs.com/europe/20060525.FAP8780e.html?1703

Benoît XVI reçoit un accueil chaleureux en Pologne
--par David McHugh--
AP | 25.05.06 | 18:50
VARSOVIE (AP) --
Les Polonais ont réservé jeudi un accueil chaleureux au pape Benoît XVI à son arrivée à Varsovie pour une visite de quatre jours, qui le conduira dans les hauts lieux du catholicisme polonais et sur les pas de son illustre prédécesseur Jean Paul II.
Si son deuxième voyage à l'étranger est destiné à honorer la mémoire de Jean Paul II, il ne sera pas simplement "sentimental", a précisé Benoît XVI. Il poursuivra également le travail de Jean Paul II visant à renforcer les relations avec les juifs et la réconciliation germano-polonaise, et à s'assurer que la Pologne reste un bastion du catholicisme en Europe.
A sa descente d'avion, le souverain pontife a été accueilli par le président Lech Kaczynski et un millier de personnes portant des drapeaux jaune et blanc aux couleurs du Vatican. "J'ai souhaité ardemment rendre cette visite aux gens de la terre natale de mon prédécesseur bien-aimé. Je suis venu pour marcher sur ses pas", a-t-il lancé, sous un tonnerre d'applaudissements, lors de son discours prononcé en polonais et en italien à l'aéroport international de Varsovie.
Le pape a également évoqué sa visite dimanche au camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau, symbole de la Shoah, où 1,5 millions de personnes -des juifs pour l'essentiel- ont péri.
"Là-bas, je désire particulièrement rencontrer les survivants de la terreur nazie", a déclaré Benoît XVI, qui rencontrera 32 rescapés du camp et y célébrera une messe.
"Ensemble nous prierons pour que les blessures du siècle passé se cicatrisent, grâce au remède que Dieu dans sa miséricorde nous a prescrit en nous appelant à nous pardonner les uns les autres."
Outre ce geste hautement symbolique pour les relations entre catholiques et juifs, la visite de Benoît XVI vise à renforcer la réconciliation entre Allemands et Polonais, alors que le souvenir de l'invasion nazie reste douloureuse dans le pays.
Interrogé par la presse à bord de son avion sur ce que lui inspirait en tant qu'Allemand sa visite à Auschwitz, Benoît XVI a souligné qu'il était "avant tout catholique".
A Varsovie, le pape a fait une entrée solennelle, sur fond de cantiques et d'applaudissements, dans la cathédrale Saint Jean-Baptiste, pour des entretiens avec le clergé polonais.
D'un tempérament souvent timide, Benoît XVI a semblé touché et un peu surpris par cet accueil.
Lors de la réunion avec les prélats polonais, il a souligné que Jean Paul II avait souvent appelé les fidèles à demander pardon pour les péchés commis par les catholiques dans le passé.
Il s'est placé sur la même ligne, mais avec un bémol: "Nous devons nous garder (...) de nous ériger en juges des générations précédentes qui ont vécu à des époques différentes dans des circonstances différentes", a-t-il estimé.
Certes, la visite de Benoît XVI ne soulève pas la même ferveur que celles de son prédécesseur lorsque par exemple des milliers de fidèles se massaient dans les rues avant l'aube pour voir passer Jean Paul II dans sa papamobile. Mais, si la foule est moins nombreuse, le pape allemand a reçu malgré tout un accueil chaleureux.
A l'aéroport, la foule a salué par des acclamations ses efforts pour s'exprimer en polonais. Le pape a sans doute voulu ainsi manifester son respect pour toute une génération de Polonais qui ont beaucoup souffert sous l'occupation nazie.
Les Polonais apprécient que Benoît XVI se place dans la continuité de Jean Paul II et ne semblent pas dérangés par sa nationalité malgré le souvenir de la guerre. Mais beaucoup regrettent toujours Jean Paul II, mort il y a un peu plus d'un an, le 2 avril 2005. "Ce n'est pas la même chose qu'avec notre pape", expliquait Wanda Nowicka, 75 ans, en attendant dans la rue le passage de la papamobile. AP



beatrice.France
00Sunday, May 28, 2006 9:07 AM
Rencontre avec les jeunes polonais, à Blonia Park, près de Cracovie





Photo sur Yahoo

[Modificato da beatrice.France 28/05/2006 9.07]

beatrice.France
00Sunday, May 28, 2006 10:23 AM
La video de l'apparition de Benoît à la fenêtre de Jean-Paul II
Soir du 27 mai, palais archiépiscopal de Cracovie.
Clip capturé sur la télé polonaise (http://www.itvp.pl/pielgrzymka2006/)

En VO, on ne peut donc qu'essayer de deviner ce qu'il dit, mais on ne se lasse pas d'entendre sa voix.


(4 mn 47, 23 MO)

[Modificato da beatrice.France 28/05/2006 10.42]

beatrice.France
00Sunday, May 28, 2006 2:42 PM
La messe du 28 mai devant peut-être un million de fidèles





Photos sur Yahoo

Premières dépêches d'agences:

Le Pape est arrivé au parc Blonia, à la périphérie de Cracovie, pour célébrer la messe de conclusion de son premier pélerinage en Pologne.
La papamobile a été accueillie par une immense foule en fête qui agitait des banderoles, chantait des cantiques, et célébrait Benoît XVI.
On n'a pas encore estimé le nombre de participants à l'évènement, dans ce parc qui peut contenir un million de personnes, et où Jean-Paul II avait déjà célébré la messe en 1978, 1983, 1987, 1997 et 2002... (ANSA)



'Moi aussi, Benoît XVI, successeur du Pape Jean-Paul II, je vous demande de regarder le ciel, depuis la terre, de fixer Celui qui, depuis 2000 ans, est suivi par les générations qui vivent et se succèdent sur cette terre, retrouvant en Lui le sens définitif de l'existence'.
C'est avec ces mots forts d'appel à la foi, à la radicalité du témoignage chrétien, que s'est conclue l'homélie prononcée ce matin dans le Parc de Blonie, près de Cracovie, devant une foule extraordinaire de fidèles accourus pour l'écouter. (Adnkronos)



Benoît XVI appelle les Polonais à défendre le christianisme

Le pape Benoît XVI a appelé les Polonais à défendre le christianisme en Europe et dans le monde. Au dernier jour de son voyage dans ce pays, il a célébré une messe suivie avec ferveur par environ 900'000 fidèles à Cracovie. [ats] -
"Je vous demande de partager avec les autres peuples d'Europe et du monde le trésor de la foi", a-t-il dit en conclusion de son homélie.

La Pologne, qui a intégré il y a deux ans l'Union européenne progressivement élargie à tous les pays du vieux continent, compte plus de 90% de catholiques. Environ la moitié d'entre eux sont des pratiquants réguliers. L'Eglise y pèse encore de tout son poids dans la vie publique, à la différence de la situation de nombreux pays européens.

Benoît XVI a souligné qu'avec le pontificat du pape polonais Jean Paul II, la Pologne "est devenue une terre de témoignage particulier de la foi en Jésus Christ". Il a demandé aux Polonais de rester fidèles à la mémoire de son prédécesseur, "votre compatriote" qui, a-t-il dit, a défendu la foi "avec une force et une efficacité extraordinaires".

Plus encore qu'à son habitude, Benoît XVI a prononcé une homélie à la tonalité exclusivement spirituelle. Il n'a fait aucune allusion à la situation politique de la Pologne, dirigée par une coalition à laquelle participent l'extrême droite ultra-catholique et les populistes, ni à la situation sociale difficile de nombreux Polonais.
(commentaire personnel: évidemment, le Saint-Père s'applique à lui-même les principes qu'il demande à son clergé de suivre; être des spécialistes de la parole du Christ, et pas de politique ou d'économie)

Il a cependant adressé un salut particulier "aux Polonais qui vivent hors de leur patrie", dans une allusion à leur émigration massive.



[Modificato da beatrice.France 28/05/2006 14.57]

beatrice.France
00Sunday, May 28, 2006 5:16 PM
Au revoir Cracovie
Capture encore de la chaîne polonaise ITVP, cette video où l'on voit Benoît une dernière fois à la fenêtre du palais archiépiscopal de Cracovie, pour un adieu aux jeunes venus l'acclamer. Il leur a dit en italien:

"Cari amici,grazie della vostra amicizia e della vostra gioia, il Signore sia sempre con voi. Ci vediamo a Roma e se Dio vuole anche di nuovo a Cracovia. Vi benedica Dio Onnipotente".


[Modificato da beatrice.France 28/05/2006 18.39]

beatrice.France
00Monday, May 29, 2006 9:45 AM
28 mai, Auschwitz-Birkenau
Dieu voulait, et il fallait que ce soit un allemand vêtu de blanc qui vienne en ces lieux, pour tenter de réparer le mal qu'y fit, plus d'un demi-siècle auparavant, un autre allemand (un autrichien en réalité).




http://beatrice.france.ifrance.com/flash/auschwitz/SlideShow.swf" quality=high pluginspage="http://www.macromedia.com/shockwave/download/index.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash" type="application/x-shockwave-flash" width="552" height="580" AllowScriptAccess=never >

Photos Yahoo

A voir dans l'explorateur ici: http://beatrice.france.ifrance.com/flash/auschwitz/SlideShow.swf

A propos de cette visite, qui a déjà commencé à faire couler de l'encre, et sur laqelle il y aura immanquablement de fausses interprétations et le brouillage médiatique habituel, il faut lire le très beau texte écrit à chaud sur le site du Salon Beige:

Benoît XVI a conclu son voyage en Pologne par la visite des camps d'Auschwitz et de Birkenau. Il a tenu à Birkenau un discours en tout point remarquable ...
Une première analyse à chaud, et donc partielle, montre le souci permanent de vérité de Benoît XVI et sa volonté de neutraliser les erreurs modernes.

- Sur l'idée de responsabilité collective des peuples :
....(*)

- Sur les raisons de sa venue :
"Je ne pouvais pas ne pas venir en tant que pape (...) C'était et c'est un devoir vis-à-vis de la vérité et des droits de ceux qui ont souffert, un devoir devant Dieu".
Il a appelé à lancer "un cri vers Dieu pour qu'il ne permette plus de telles choses", alors que "semblent émerger à nouveau du coeur des hommes toutes les forces obscures (...) D'un côté, on abuse du nom de Dieu pour justifier une violence aveugle contre des innocents, et de l'autre s'affiche un cynisme qui ne connaît pas Dieu et tourne la foi en dérision"

....

Les propos du Saint Père ne s'arrêtent pas à cela. Tous les catholiques devraient connaître la totalité de ce discours. Il constitue une référence parfaite sur le sujet, apporte une vision de Vérité incontournable sur les totalitarismes athées et permet de jouir d'une grande clairvoyance sur notre présent.


(*) Lu ce matin dans "Libération", ce début de polémique:

Mais il a aussi voulu souligner que les crimes nazis étaient le fait d'«un groupe de criminels» qui, par la démagogie et la terreur, ont «abusé» du peuple allemand pour s'en servir «comme instrument de leur soif de destruction et de domination». Ces phrases qui semblent dédouaner l'Allemagne de ses responsabilités ont créé un certain malaise.



Et sur le site de TF1! (je reprends mon message une heure après!!!!). J'aimerais -le mot est faible- que la polémique s'arrête là, mais au fond, elle ne me surprend pas. Elle s'ajoute au quasi-boycott du voyage en Pologne par les media de notre pays.

Polémique sur le discours de Benoît XVI à Auschwitz

Le voyage du pape allemand en Pologne s'est achevé par un triomphe dimanche à Cracovie, avec la participation de 900 000 fidèles une messe. Mais, lors de la visite à l'ancien camp nazi d'Auschwitz-Birkenau, Benoît XVI a provoqué une certaine gêne quand il a semblé dédouaner le peuple allemand de sa responsabilité dans les crimes nazis. Le successeur de Jean-Paul II les a attribués à "un groupe de criminels" qui par la démagogie et la terreur ont "abusé" du peuple allemand pour s'en servir "comme instrument de leur soif de destruction et de domination".

Avant même son retour au Vatican, ces propos ont suscité une polémique . "La visite a été un moment historique, avec un discours grand au début et à la fin, mais problématique dans son contenu", a estimé le grand rabbin de Rome. "Le problème est le suivant: une sorte d'accent est mise sur le problème de l'absence de Dieu et non pas sur le silence de l'homme et sur ses responsabilités", a dit Di Segni. "Je ne suis nullement convaincu par l'interprétation concernant le peuple allemand, comme s'il était lui-même victime et non pas du côté des persécuteurs", a-t-il précisé.


Je répondrai que cette interprétation du Saint-Père est la condition du pardon sans lequel il ne sera jamais possible de "purifier la mémoire", et de re-construire le monde que l'on nous impose depuis un demi-siècle. Et puis, lui-même a vécu cette période, ce qui l'autorise pleinement à en parler, et pas seulement en tant que chef de l'Eglise. Se référer au discours qu'il a prononcé jeudi soir devant les séminaristes polonais (car il y a une grande cohérence, dans ses propos):

Mais il faut toutefois se garder de s'ériger avec arrogance en juge des générations précédentes, vécues en d'autres temps et dans d'autres circonstances.
Il faut une humble sincérité pour ne pas nier les pêchés du passé, et ne pas tomber dans les accusations faciles en absence de preuves réelles ou en ignorant les différentes circonstances de l'époque...



Ici, sur le site de l'Agence Zenit, un compte-rendu sans interprétation de la visite du Saint-Père au camps d'Auschwitz:
http://www.zenit.org/french/

[Modificato da beatrice.France 29/05/2006 15.28]

beatrice.France
00Monday, May 29, 2006 3:20 PM
L'AVVENIRE
http://www.avvenireonline.it/NR/exeres/BD9B72C1-84D2-45AB-9D30-90456CD7F2FF.htm

Accueil enthousiaste
Cracovie, une histoire qui continue
Luigi Geninazzi , l'AVVENIRE, 28 mai 2006

Cela aura été le jour de l'affection irrésistible pour le Pape Ratzinger, qui, avec son sourire timide et la force de ses propos a conquis le coeur des polonais, orphelins de Karol Wojtyla, mais sereins et confiants dans l'étreinte paternelle de son successeur.
L'enthousiasme et l'émotion qui ont entouré Benoît XVI ont été en grandissant tout au long de son pélerinage sur les traces de Jean-Paul II.
Un voyage, qui, comme l'a souligné le Souverain Pontife, n'était pas seulement un itinéraire sentimental, mais un chemin d'approfondissement de la foi.
Le pape allemand a choisi Goethe pour éclairer les raisons qui l'ont poussé sur les routes de Pologne: "Qui veut comprendre un poète doit se rendre dans son pays".
De même, il a dit à Wadiwice, village natal de Jen-Paul II "il était nécessaire de venir ici pour comprendre la vie et le mystère de Jean-Paul II". Et il s'est joint au désir, diffus et spontané, de voir le Pape polonais "santo subito!, non pas, certes, pour accélérer un procès (en béatification) qui semble avancer de façon expéditive grâce à lui, mais pour témoigner l'affection respectueuse qui le lie à son prédécesseur.

Une affection rendue par les polonais, à commencer par les plus jeunes. Ils sont arrivée par dizaines de milliers des quatre coins du pays, remplissant les rues et les places de Cracovie, chantant et priant sous "la fenêtre du Pape", à la résidence archiépiscopale, se serrant autour de la blanche silhouette du Saint-Père dans l'esplanade verte du parc de Blonia.

C'est une histoire qui se poursuit, un fil rouge qui relie les petits-neveux de "l'oncle Karol" aux jeunes des JMJ de Cologne, les jeunes décidés et courageux des années 80 qui célébraient Solidarnosc à ceux, plus incertains et titubants de ce début de millénaire. Non, ce n'était pas forcément prévisible qu'ils se retrouvent au même endroit, pour le même rendez-vous, mais avec un Pape allemand. Ils savaient très bien qu'il n'y aurait pas le même échange de plaisanteries joyeuses que le Pape Wojtyla improvisait jusque tard dans la nuit, en un dialogue qui semblait ne jamais devoir finir. Ils ont confié aux cris «Be-ne-detto, Be-ne-detto» et en allemand «Wir lieben dich», leur bruyante et festive bienvenue au Pape que certains avaient décrit comme un maître érudit et plutôt rébarbatif.

A l'inverse, ils ont trouvé un visage d'enfant presque octogénaire, qui annonce la foi des simples, et explique "comment construire une maison dont on peut être fier, et qui ne va pas s'écrouler", la maison de la vie, dont chaque jeune, même le plus rebelle et anarchiste, rêve pour son avenir.

Jean-Paul II avait entrepris son dernier voyage dans sa patrie il y a quatre ans, sous le signe de la miséricorde divine. Benoît XVI va dans ses pas, en rappelant que "Dieu est amour", un amour exigeant qui se fonde sur la vérité de l'homme et de l'histoire. Aujourd'hui, il affronte la dernière étape de cette visite, en se rendant à Auschwitz, et il le fera seul, franchissant le portail le plus tristement célèbre du monde, sur lequel apparaît une inscription dans sa langue.
Un lourd fardeau, que l'Histoire a placé sur les épaules du Pape allemand.
Questa è la versione 'lo-fi' del Forum Per visualizzare la versione completa click here
Tutti gli orari sono GMT+01:00. Adesso sono le 6:11 PM.
Copyright © 2000-2020 FFZ srl - www.freeforumzone.com